30 visiteurs en ce moment

L’intérêt national
A méditer, pour tous.
 
PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE - Conférence-débat : « Juin 2017 (...)
| Accueil
http://ppbdi.com/index.php/ubum/imibano/9-actualite/7241-presidence-de-la-republique-conference-debat
SECURITE / GUERRE HUMANITAIRE CONTRE LE BURUNDI
JPEG - 59 ko
photo : PPBDI.COM

La présidence de la République du Burundi a organisé une conférence-débat sur le mois de juin 2017 le vendredi 2 juin 2017. Pourquoi sur ce mois ? Parce que le train de la déstabilisation du Burundi amorce sa vitesse de croisière, ont expliqué le conseiller principal ayant la communication dans ses attributions à la présidence de la République et le porte-parole du président qui animaient le débat. Des éclaircissements et propositions ont été donnés pour faire face à cette situation.

Le conseiller principal chargé des questions de presse, d’information et de communication à la présidence de la République, Willy Nyamitwe a fait savoir que l’intérêt que ce débat a dédié au mois de juin 2017 est dicté par le fait que c’est durant cette période que le train de la déstabilisation du Burundi amorce sa vitesse de croisière.

« Ce train se dirige à grande allure à Genève au Conseil des droits de l’Homme. Et bien parce que sous l’impulsion du dictat occidental, le Conseil des droits de l’Homme a perdu ce qu’il avait de plus sacré, l’objectivité, la neutralité. Et, les droits de l’Homme sont devenus un concept politisé à outrance », a dit l’ambassadeur Nyamitwe. Il a ajouté que ce concept est utilisé pour l’intérêt des uns au détriment des peuples surtout des peuples africains, dont les Burundais.

Le Burundi n’attend rien de bon de Genève

Selon le conseiller principal chargé de la communication à la présidence, le Burundi n’attend rien de bon de Genève ni rien d’objectivement présenté. « Le rapport oral qui sera présenté le 14 juin dans l’après-midi et le 15 dans l’avant-midi, à Genève au Conseil des droits de l’Homme est dans le prolongement du tristement célèbre EINUB qui a produit des rapports via whatsapp sur la situation des droits de l’Homme au Burundi.

A cette époque là, le gouvernement du Burundi a transmis un contre-rapport au Conseil des droits de l’Homme, dont il est membre. A sa surprise, ce contre-rapport n’a pas été pris en compte, car l’Union européenne voulait à tout prix arracher une résolution contre le Burundi », a-t-il dit. Il a fait savoir que, parallèlement à la session du Conseil des droits de l’Homme pour garder le Burundi à l’agenda, la France est en train de mettre la pression sur la Bolivie pour qu’elle convoque les consultations sur le Burundi mi-juin 2017, pendant que l’UE presse encore une fois la facilitation est-africaine pour qu’il y ait une autre session de dialogue au mois de juin ou au mois de juillet si ce n’est pas possible en juin. « Les fonctionnaires onusiens vont en vacances au mois de juillet et août. Au mois de septembre, c’est l’assemblée générale des Nations unies, il faut à tout prix que le mois de juin se clôture avec une décision sur le Burundi. Voilà pourquoi le mois de juin est le mois du marathon et que nous nous attendons à la sortie de beaucoup de rapports afin d’influencer certaines décisions », a-t-il expliqué.

Les conférenciers ont souligné que le rapport qui est en train d’être confectionné par le Conseil des droits de l’Homme dira la même chose que les précédents, notamment que les Imbonerakure sont des violeurs, que les Forces de défense et de sécurité burundaises tuent, qu’il y a des disparitions forcées, des personnes torturées, etc. Mais, ce rapport ne dira pas que les putschistes sont au Rwanda ou en Belgique, que le Burundi est en paix et que la sécurité règne sur tout le territoire, que des éléments identifiés et identifiables tiraient, lançaient des grenade et tuaient des gens dans certains quartiers, etc.

Le peuple burundais est invité à ne pas avoir peur

Quel est l’intérêt de ces organisations, pourquoi disent-elles la même chose ? Qui servent-elles ? Est-ce qu’on peut dire que la paix et la sécurité règnent au Burundi alors que des gens sont encore portés disparus ou tués ? Que dire du droit d’expression au Burundi ? Répondant à ces questions, les conférenciers ont déploré que ces organisations aient des intérêts cachés et que la fraude et le mensonge soient employés pour y arriver. Concernant le droit d’expression, Ambassadeur Nyamitwe a indiqué que ce droit existe, mais qu’il y en qui a en ont abusé dans le passé et que même actuellement, il y a des médias qui fonctionnent grâce aux financements en provenance du Rwanda. Quant aux disparitions forcées, il a souligné que les malfaiteurs existaient dans le passé et continueront d’exister et pas seulement au Burundi.

Les participants ont donné également des propositions pour faire face à cette situation. Ils ont encouragé la présidence de la République pour cette présence d’esprit d’anticiper sur les événements. Ils ont également souligné que les interprétations de la situation du Burundi par ces organisations ne sont pas surprenantes, car celles-ci ignorent la culture profonde du pays. Les gens qui se sont mandatés défenseurs du Burundi et qui parlent pour le pays, notamment sur whatsapp, ont été découragés. Ils ont invité le peuple burundais à ne pas avoir peur, car le pire est déjà passé.

GRACE-DIVINE GAHIMBARE, http://ppbdi.com/index.php/ubum/imibano/9-actualite/7241-presidence-de-la-republique-conference-debat

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE - Conférence-débat : « Juin 2017 : le train de la déstabilisation du Burundi amorce sa vitesse de croisière »
mis en ligne par Pascal Nahimana
le: 6 juin 2017 à 11h02min
- Dans la rubrique: Culture et sports

Envoyer un message

Autres articles publiés par Pascal Nahimana
|twitter||© Burundi-forum 2013-2017- Tous droits réservés|Nous suivre sur facebook