14 visiteurs en ce moment

Brundi : The End of regime change in Africa
umuvuga kuri burundi the end of regime change in africa letstalkburundi hrc36
 
Les sénateurs burundais inquiétés par l’inefficacité de (...)
| Accueil

Les sénateurs burundais ont exprimé ce mardi 8 août 2017 leurs inquiétudes au sujet de l’efficacité de l’action des Organisations non gouvernementales (ONG) étrangères, au cours d’une séance de questions orales avec débat adressées au ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale sur le fonctionnement des ONG étrangères (ONGE).

Le président du Sénat, M. Révérien Ndikuriyo, a estimé que les ONGE n’ont pas l’objectif de développer les pays bénéficiaires de l’aide. Le Burundi reçoit l’aide au développement depuis qu’il est indépendant, il y a 55 ans, mais il n’est pas en mesure de fabriquer la houe, un outil agricole très simple, alors que 99% de la population vit de l’agriculture, a-t-il dit. Il a reproché à ces ONGE de travailler même dans le sens inverse du développement. On les agrée en croyant qu’elles viennent contribuer au développement alors que non.

M. Ndikuriyo a critiqué certaines actions des ONGE, comme la distribution de la farine importée pour la bouillie. D’après lui, cela aurait été plus ou moins intéressant si la farine était achetée sur place pour que les producteurs des céréales puissent vendre et développer leur agriculture. Le président du sénat a néanmoins reconnu qu’il existe quelques ONGE qui travaillent bien et produisent des impacts sur terrain, comme ADRA Danemark qui a offert à la province Makamba cinq millions de dollars. Il a insisté sur le choix des ONGE à agréer, à les affecter dans les zones qui sont dans le besoin et le contrôle régulier de leurs activités. Il a également demandé au ministre en charge des Relations internationales d’organiser une journée de réflexion avec les ONGE et les élus du peuple pour dire ce qu’elles réalisent avec leurs fonds.

La vice-présente de la commission permanente chargée des questions politiques, diplomatiques, de défense et de sécurité, Mme Emérence Ahishakiye, qui a lu les questions posées au ministre, a noté que la loi du 23 janvier 2017 portant cadre général de la coopération entre la République du Burundi et les ONGE vise à rendre efficace l’aide au développement accordée au Burundi à travers les ONGE. Les objectifs du gouvernement du Burundi consistent à intégrer l’aide en question dans les circuits administratifs et financiers du Burundi, à résoudre le désordre et la confusion qui s’étaient installés dans le domaine des ONGE et à pallier aux cas de conflit de compétence et d’intérêt qui s’observaient entre les responsables des départements ministériels intervenant dans la gestion de l’aide en général et ceux passant par les ONGE en particulier.

La loi vient en outre donner une réponse à un constat amer selon lequel une grande partie de l’aide au développement est affectée au fonctionnement des ONGE au détriment des activités de développement. Mme Ahishakiye a rappelé que la mise sur pied de ce cadre légal est le résultat des recommandations formulées lors d’un forum rassemblant les ministres des Relations internationales des pays donateurs et ceux des pays bénéficiaires de l’aide tenu en mars 2005. Il est bien ressorti de cette rencontre que les pays bénéficiaires de l’aide au développement assurent la coordination de l’action d’appui au développement, tandis que les pays donateurs s’alignent sur les stratégies de développement des pays en voie de développement.

Dans ses réponses aux questions des sénateurs, le ministre des Relations extérieures et de la Coopération internationale, M. Aimé Alain Nyamitwe, a dit que ce serait l’idéal si on pouvait vivre sans ONG, précisant que les ONGE existent au Burundi parce que le pays accepte leur présence, compte tenu de leur contribution. Il a fait remarquer que le rôle principal de développement du pays incombe à l’Etat et que les ONG apportent leurs appuis en complément là où c’est nécessaire. D’après lui, il revient au pays de faire le choix des ONGE à agréer, en tenant compte des besoins du pays de déterminer leurs domaines et zones d’intervention. Il a également insisté sur le respect des conventions signées par ces ONGE. Le ministre Nyamitwe a épousé l’idée d’organiser une journée de réflexion réunissant les ONGE et les élus du peuple.

BUJUMBURA, 8 août (ABP)
Agence BUJUMBURA News (Burundi)

Les sénateurs burundais inquiétés par l’inefficacité de l’action des ONG étrangères
mis en ligne par Muco Hilaire
le: 10 août 2017 à 14h07min
- Dans la rubrique: La UneActualités

Envoyer un message

Autres articles publiés par Muco Hilaire
|twitter||© Burundi-forum 2013-2017- Tous droits réservés|Nous suivre sur facebook