39 visiteurs en ce moment

Kenya : Kenyatta défend sa victoire des élections (...)
| Accueil
facebook Twitter
Le président kenyan Uhuru Kenyatta a défendu dimanche sa réélection lors du nouveau scrutin, déclarant que les élections du 26 octobre ont été menées conformément à la Constitution et à la loi applicable.

Le président kenyan Uhuru Kenyatta a défendu dimanche sa réélection lors du nouveau scrutin, déclarant que les élections du 26 octobre ont été menées conformément à la Constitution et à la loi applicable.

M. Kenyatta a déclaré dans sa réponse à la pétition électorale que malgré les actes de violence et d’intimidation dans certaines parties du pays, en particulier dans les bastions de la Super-alliance nationale (NASA), le scrutin a atteint le seuil constitutionnel et légal d’une élection crédible, libre et juste.

Il souhaite que les deux pétitions déposées par Njonjo Mue et Khelef Khalifa et une autre par Harun Mwau soient rejetées, déclarant que les pétitionnaires n’avaient rien déposé de tangible qui aurait abouti à l’annulation du scrutin.

La même position a été confirmée par Wafula Chebukati, président de la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC), qui a déclaré que la commission respectait strictement les directives de la Cour suprême lorsqu’elle a annulé l’élection du 8 août.

M. Chebukati a encore nié avoir pris des décisions hasardeuses avant le nouveau scrutin, mais a noté que lui et la Commission étaient guidés par les décisions de la Cour suprême et consultaient le public et les parties prenantes.

Il a déclaré que la Commission a informé les membres du public et les parties prenantes de ses décisions et des mesures mises en place pour s’assurer que les élections se déroulaient dans le plein respect de la loi et de la décision de la Cour.

Le président Kenyatta a accusé les dirigeants de la NASA dirigés par Raila Odinga d’avoir délibérément planifié de perturber les élections répétées en plaçant des barrages routiers avant le 26 octobre.

Il a déclaré que les dirigeants de la NASA ont mobilisé des segments du public, y compris certains membres de la société civile, pour manifester violemment.

M. Kenyatta veut que la pétition de Njonjo Mue et Khelef Khalifa soit rejetée, indiquant qu’elle a été déposée de mauvaise foi et sur ordre de la NASA.

Il a également déclaré que la NASA et ses dirigeants ont agi de manière irrationnelle, irresponsable et déraisonnable en insistant sur certains aspects de ses "minimums irréductibles", mais il y avait peu de temps pour l’IEBC de pouvoir mener les élections répétées.

"Les actions de la direction du 4e défendeur ont semé la peur par le discours de haine, les menaces et l’intimidation, empêchant ainsi les électeurs d’exercer leur droit constitutionnel de voter, entraînant des pertes en vies humaines et la destruction de biens. Tout est calculé pour tenter de subvertir le processus démocratique et veiller à ce qu’il n’y ait pas de vote le 26 octobre", a déclaré M. Kenyatta dans sa réponse déposée dimanche à la Cour suprême.

Il a également indiqué que la NASA et ses soutiens ont perturbé la formation actuelle menée par l’IEBC dans les comtés de l’ouest du Kenya, et par ses agents et sympathisants, la NASA a déchaîné la violence et l’intimidation et a parfois attaqué les employés de l’IEBC qui préparaient la nouvelle élection présidentielle, portant atteinte donc à l’indépendance de la Commission.

M. Kenyatta a déclaré que les agents et les partisans de la NASA barricadaient les bureaux de vote, bloquaient la distribution du matériel électoral et créaient une atmosphère toxique pour la tenue d’élections libres et équitables dans les quatre comtés de Kisumu, Siaya, Homa Bay et Migori.

Ces actes, a déclaré M. Kenyatta, ont été délibérément conçus et calculés pour saper l’indépendance et la crédibilité des élections.

M. Kenyatta a remporté les élections avec 7,48 millions de voix dans 266 des 291 circonscriptions où l’élection a eu lieu. Cela représente 98,3% des votes valides.

Quelque 7,62 millions de Kenyans sur un total de 19,61 millions ont voté pendant le nouveau scrutin, ce qui représente une participation de 38,8%.

Sur les allégations selon lesquelles l’élection devrait être invalidée parce que la Commission n’a pas soumis les candidats à de nouvelles nominations conformément à l’article 140 (3), M. Kenyatta a expliqué que la Cour suprême a annulé la déclaration des résultats et ordonné une nouvelle élection présidentielle, mais les juges par décision majoritaire, n’ont pas invalidé les nominations.

Il a déclaré que le soi-disant retrait de la NASA avait été fait de mauvaise foi et dans le but de miner, de saboter et de subvertir une élection démocratique.

Xinhua

Kenya : Kenyatta défend sa victoire des élections répétées
mis en ligne par Ntwari James
le: 13 novembre 2017 à 19h30min
- Dans la rubrique: International

Envoyer un message

Autres articles publiés par Ntwari James
|© Burundi-forum 2013-2017- Tous droits réservés|