Présentation des réalisations du gouvernement par le Premier vice-président du Burundi

 

Les deux chambres du parlement se sont réunies en séance plénière présidée par le président de l’Assemblée nationale, Pascal Nyabenda,  le mardi 10 avril 2018. Lors de cette séance, le Premier vice-président de la République du Burundi, Gaston Sindimwo, a présenté les réalisations du gouvernement dans le second semestre de l’an 2017.

Conformément à l’article 163 de la Constitution du Burundi  en rapport avec le rôle des deux chambres dans l’évaluation des réalisations du gouvernement, ces deux chambres se sont réunies le mardi 10 avril 2018 pour évaluer les réalisations au second semestre de l’année passée. Le Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo, a présenté aux membres de ces deux chambres les réalisations des ministères qui relèvent de la Première vice-présidence de la République.

Réalisations ministère par ministère en bref

Pour le cas du ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique, Gaston Sindimwo a  souligné la récupération de 20 marchés construits par l’Etat qui étaient dans les mains des privés. Leur gestion a été  confiée aux communes. Cela a généré des fonds importants à ces communes. Ce ministère a effectué la moralisation de la société avec la lutte contre l’union libre des couples en dehors de la loi sur l’Etat civil. Il a effectué l’organisation de la contribution de la population aux élections de 2020, la campagne d’explication du projet de la Constitution à soumettre au référendum, la campagne de lutte contre les boissons prohibées et les tournois intercommunaux et provinciaux de volley-ball pour le patriotisme et la cohésion sociale.

Le ministère de la Sécurité publique 

Il a effectué le renforcement de la bonne gouvernance, la lutte contre la criminalité et le terrorisme, il a assuré le bien-être des policiers et a lutté contre la corruption. Il a également opéré le renforcement des capacités du système statistique de ce ministère, la lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre, et la participation à la protection de l’environnement à travers le reboisement. Pour ce qui est de la construction de l’hôpital de la Police, les études de faisabilité sont terminées et sont disponibles.

Le ministère des Relations extérieures et de la coopération internationale 

Il s’agit du renforcement de la coopération, du renforcement de la communication diplomatique et de la consolidation du partenariat avec la diaspora burundaise.

Le ministère à la Présidence chargé des Affaires de la Communauté est-africaine 

Il est revenu sur l’organisation des séances de sensibilisation pour renforcer la participation active de toutes les parties prenantes au processus d’intégration régionale. Il a aussi assuré la coordination des événements régionaux qui se sont déroulés au Burundi en vue d’assurer la visibilité de la Communauté et celle du Burundi dans la Communauté. Il a aussi participé au renforcement du système et des structures de gouvernance interne, de coordination, de planification, de suivi et d’évaluation en vue d’assurer divers suivis.

Le ministère à la Présidence chargé de la Bonne gouvernance et du plan 

Il souligne le renforcement de la gouvernance au sein de l’administration publique, la lutte contre la corruption, la fraude et les malversations économiques. Cent soixante-onze dossiers en rapport avec  le dernier point ont été transmis au parquet général  près  la  Cour    anticorruption. Sur 7 281 132 864  francs   burundais et 474 179,70 dollars américains, 217 142 780 francs burundais ont été recouvrés. Ce ministère a effectué le contrôle de la gestion des services publics et parapublics. Dans le domaine de la promotion des investissements, l’agence chargée de le faire a enregistré 1 348 entreprises au second semestre de 2017.

Le ministère de la Justice et garde des sceaux 

Il a centré ses actions sur le renforcement de la bonne gouvernance, la rationalisation de l’activité judiciaire, l’amélioration de l’offre et de la demande de justice et le développement d’une politique pénale respectueuse des droits humains.

Le ministère de la Défense nationale et des anciens combattants 

Il s’est focalisé sur sept axes dont la dotation et l’actualisation du cadre légal et institutionnel, la promotion et le renforcement de la cohésion au sein de ce ministère; l’optimisation de la gestion des ressources et le développement d’une culture de planification et de redevabilité, l’amélioration de la gestion des opérations de maintien de la paix, l’amélioration des prestations de sécurité sociale et la promotion de l’intégration du genre et prise en compte des besoins spécifiques des membre de la Force de défense nationale du Burundi.

Le ministère de la Fonction publique, du travail et de l’emploi  

Il a ouvert cinq guichets uniques provinciaux à Bururi, Gitega, Mwaro, Muyinga et Ngozi ; et le portail internet ‘Isoko’ a été mis en place. Des actions visant à réduire le chômage ont été menées. Pour l’enseignement des métiers, la nouvelle filière agri-élevage a été introduite et est en cours d’expérimentation. Ce ministère a mis en place sept comités provinciaux de dialogue social à Bururi, Rutana, Mwaro, Muramvya, Bujumbura, Cibitoke et Kayanza.

Une occasion de soulever les préoccupations

Les parlementaires ont demandé les critères d’attribution de la note à ces ministères.  M. Sindimwo dit que l’attribution se fait sur base d’évaluation des objectifs  fixés dans le plan d’action. Sur la question de  l’avantage de l’intégration régionale, il a souligné tout ce que l’on gagne et ce qui s’annonce dans l’avenir.  Sur le plan de l’enseignement, les élus se demandent où réside  le problème d’opérationnalisation des écoles des métiers. Sur ce point, il indique que des mesures seront prises pour que la gestion des écoles des métiers soit traitée au niveau du ministère de la Fonction publique au lieu que les directeurs communaux de l’enseignement s’y ingèrent. Les élus insistent sur les mauvaises conditions que connaissent certains diplomates comme le manque  de moyens de déplacement  ou la localisation des ambassades.

Il reconnaît que les conditions ne sont pas réunies partout. Le travail de maintien de la paix rapporte les devises par la location du matériel et les paiements aux   militaires. Les élus se demandent le montant et la finalité de ces devises qui restent toujours rares dans le pays.  M. Sindimwo indique que les devises provenant de la part des militaires en mission sont gérés au niveau de la BRB pour effectuer des importations des produits diversLes parlementaires ont déploré la perte du  Burundi de son bureau au sein de l’Unesco suite aux arriérés de cotisation. Or, le nouvel ambassadeur propose un plan d’apurement qu’il faut exploiter. Et là, le Premier vice-président souhaite que tout soit mis en œuvre pour retrouver ce bureau. Pour le cas de l’origine des armes qui sont saisies lors des actions de lutte contre la prolifération des armes, il indique que ces armes proviennent de l’extérieur et non des forces de défense ou de sécurité publique.

Les parlementaires indiquent que les anciens combattant grognent sur le manque de soutien du ministère de tutelle et souhaitent même appartenir au ministère de la Solidarité. Ils demandent aussi  comment  l’INSS va améliorer les traitements des retraités qui grognent par rapport à ceux affiliés à l’ONPR. M. Sindimwo déplore la façon dont l’INSS traite ses affiliés et rassure que cette question sera analysée pour qu’il améliore le traitement des retraités comme le fait l’ONPR.  La question de voir comment le ministère en charge de la Jeunesse pourrait travailler pour promouvoir l’emploi des jeunes a, elle aussi, été soulevée.

Alfred Nimbona, http://www.ppbdi.com

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com